«TVCO» Un nouveau média non identifié

Publié le par citoyens-sans-cible

dessin-tvco-youssef-ben

Depuis le 10 janvier 1984, l’ASTV (Association Synthoise de Télévision) diffuse des programmes télévisés sur le réseau câblé de Grande-Synthe. Cette association dispose de 14 salariés et un budget de plus de 700.000 € dont plus de 90%  proviennent de la ville. Elle fut la fierté et la vitrine de la ville qui empochera une Marianne d’Or la même année. Mais depuis quelques années, l’ASTV est en déclin et des fissures se font visibles au niveau du Conseil d’Administration mais surtout « la télé qui nous rapproche »  ne s’est jamais autant éloignée de ses habitants et des associations qui font vivre la ville, ce qui est pourtant inscrit dans les statuts de l’association. Ce constat sera repris par certains membres du conseil d’administration de la chaîne lors de son assemblée générale annuelle où il n’y avait pas grand monde. Grande-Synthe qui était toujours une ville d’avant-garde recule. Avec l’arrivée du numérique la chaîne est à la traîne. Depuis le printemps 2011, qui n’a rien à voir avec le printemps démocratique réclamé ici et là, nous entendons parler d’une nouvelle chaîne formée notamment des chaînes locales de la Côte d’Opale (ASTV, Delta TV …). Elle fut donc baptisée TV Côte d’Opale et est présidée pour le moment par le maire de Grande-Synthe qui par le passé refusait que le maire préside la chaîne locale par crainte de gestion de fait. Pour faire court, TVCO sera la chaîne de proximité des agglomérations de la Côte d’Opale, de la frontière Belge à la Baie de Somme. Mais que vont devenir les quatre chaînes locales et surtout l’ASTV qui nous concerne en premier lieu en tant qu’habitants de la ville. Les quatre chaînes locales existantes de Grande-Synthe, Dunkerque, Calais et Gravelines vont maintenir leur programmation et seront tissées  par des partenariats avec TVCO, ce qui était déjà le cas par le passé. 

 

Comment sera-t-elle financée ?

 

TVCO sera une télé 100% consacrée au territoire, grâce au soutien des TV locales, qui financeront la SAEM (Société anonyme d’économie mixte) dont le président est pour le moment Damien Carême. De plus, un partenariat public-privé (PPP) sera mis en place pour financer ce projet : la Communauté Urbaine de Dunkerque, des clubs sportifs (BCM, USDK), mais aussi la Voix du Nord participeront au financement du budget. Notre chaîne locale prêtera également ses studios et son matériel et sa logistique pour les enregistrements de la chaîne. En somme, une chaîne financée principalement par nos impôts mais qui profitera à toute une région et dont on ne sera pas toujours majoritaire dans le conseil d’administration qui prend les décisions.  On trouve aussi parmi ses partenaires la chaîne régionale Wéo et deux chaînes belges WVT et Focus TV en attendant d’autres partenaires. Avec un public aussi élargi TVCO pourra également miser  sur la publicité. Grande-Synthe,  a déjà financé à hauteur de 70% la SAEM qui gère TVCO pour permettre le lancement rapide de la chaîne, soit 12.950 €. Tout s’est encore une fois fait dans la précipitation comme cela devient une habitude à Grande-Synthe.  Damien Carême a déclaré dans les médias locaux que la ville savait qu’il fallait créer une SAEM pour créer la chaîne mais que le CSA aurait exigé que la société soit créée avant le dépôt du dossier. D’où la décision prise dans l’urgence, du côté des collectivités publiques, de voir Grande-Synthe, bastion de la première télé locale, porter financièrement cette SAEM dans l’attente d’une éventuelle autorisation d’émettre du CSA. Pourtant dans le dernier magazine de la CUD aucune mention de Grande-Synthe dans la réalisation  et la création de cette chaîne que nous finançons majoritairement. En attendant c’est le grand flou à l’ASTV. Aucun responsable n’a été capable de nous dire ce qu’il adviendra réellement de la chaîne et de ses 14 salariés. Apparemment, tout le monde cherche à intégrer la nouvelle chaîne. Le conseil d’administration qui n’arrive pas à boucler son budget est dépassé par les événements...

Publié dans Média

Commenter cet article